Trois mensonges qui t’empêchent d’être heureux – Tirage au sort

THE BEST VIEW

Lors de mon petit déjeuner sur ma terrasse ce matin, j’ai continué la lecture d’un nouveau livre très pratique sur l’amour de soi. J’y ai trouvé les aspects suivants que je voulais absolument partager avec vous parce qu’à mon avis, ils sont les raisons les plus répandues qui nous empêchent d’être heureux.

Nous les disons et nous les pensons comme si elles étaient des vérités inébranlables. Alors qu’en réalité, ce sont des mensonges. Nous nous mentons à nous-mêmes.

Comme mon plus grand souhait serait d’ouvrir les yeux au plus grand nombre de personne possible pour qu’ils se rendent enfin eux-mêmes aussi heureux qu’ils le méritent, je voudrais offrir ce livre à chacun d’entre vous. Malheureusement, je n’ai ni les moyens logistiques ni les moyens financiers pour réaliser cela, d’autant plus que ce livre n’existe qu’en allemand pour l’instant. En revanche, j’ai eu une autre idée : Je vais faire un tirage au sort et offrir un de mes livres préférés sur l’amour de soi à quatre personnes d’entre vous, qui me laissent un commentaire concernant le sujet de l’amour de soi, leur expérience ou leur opinion en dessous de cet article. Je vous expliquerai la procédure exacte à la fin de l’article.

Revenons au sujet d’origine : Toi aussi, tu utilises une ou plusieurs des phrases suivantes quand il s’agit de prendre du temps pour toi-même et de t’occuper de tes besoins ?

IMG_20150801_173005

1. « Je n’ai pas le temps ! »

Ceci est probablement la phrase que j’entends le plus souvent quand je suggère à d’autres personnes de s’occuper mieux d’eux-mêmes, de faire des exercices pour apprendre à s’aimer soi-même ou de seulement prendre du temps pour soi régulièrement. L’auteur du livre mentionné au début, Stefanie Carla Schäfer, écrit très justement dans son livre qu’en vérité cette phrase veut dire : « Tout le reste est plus important pour moi que mes propres besoins. » Quand tu dis ou penses cette phrase la prochaine fois, rappelle-toi ce que tu es en train de dire vraiment. Cela ne dépend que de toi de prendre du temps pour toi et de t’accorder assez d’importance à toi-même. Pourquoi ne pas te prouver tout de suite que cette phrase est un mensonge ? Prévois au moins 15 minutes pour toi d’ici cette nuit. Cela te fait sentir comment ? Regarde ton planning de la semaine et ajoute des moments dédiés à toi-même le plus souvent possible (le mieux serait chaque jour). Ta paix intérieure, ta sérénité et ta santé vont se montrer très reconnaissantes.

2. « Mais je ne veux pas être égoïste ! »

Depuis que j’ai commencé une thérapie et raconté aux gens que j’étais en train d’apprendre de mieux m’occuper de moi-même et de faire de mes besoins une priorité, beaucoup de personnes s’indignaient. J’entendais des phrases comme : « Cela ne peut pas être la solution de seulement t’occuper de toi maintenant. » Sauf que je n’avais jamais dit que je voulais seulement prendre soin de moi-même. L’amour de soi est souvent confondu avec le narcissisme et l’égoïsme. Une grand erreur qui a pour conséquence que ceux, qui veulent être de bonnes personnes, se sacrifient pour les autres jusqu’à ce qu’ils n’aient plus de force. A la fin, ils se sentent frustrés et reprochent aux autres de ne pas faire attention à leurs besoins. La vérité c’est que ce sont eux-mêmes qui n’ont pas pris soin d’eux. Pour cette situation aussi Stefanie Carla Schäfer illustre un bon exemple : « Avant chaque vol on nous prévient qu’en cas de perte de pression, nous devons d’abord mettre notre masque d’oxygène avant de pouvoir aider les enfants et les autres.«  L’amour de soi fonctionne de la même manière. Plus tu prends soin de toi, plus tu seras en mesure d’être là pour tes proches. Alors, si de temps en temps, tu te sens coupable quand tu te fais du bien, rappelle-toi que cela servira aussi à ton entourage, car ensuite tu auras la force nécessaire pour les aider quand ils en auront besoin. Concernant l’amour de soi il s’agit donc de s’occuper de soi et des autres.

3. « Je ne mérite pas d’être aimé. »

Consciemment ou inconsciemment, cette phrase a des conséquences néfastes pour notre bonheur. Même si nous trouvons des gens qui veulent nous faire baigner dans leur amour, nous ne les croirons pas et nous risquons de les chasser avec notre manque de confiance. Je compare cela à une femme qui se trouve trop grosse. Tout le monde peut lui dire mille fois qu’elle n’est pas grosse, elle le croira seulement quand elle sera du même avis. Quand j’étais adolescente, je croyais toujours que mon ventre était trop gros et je commençais même à avoir des complexes sérieux à cause de cela. Récemment, j’ai vu des vieilles photos de moi et je n’en croyais pas mes yeux. C’était comme si quelqu’un les avait travaillées avec Photoshop. J’ai enfin constaté que j’avais un corps magnifique et cela me rendait triste de ne pas avoir été capable de m’en rendre compte pendant si longtemps.

Si tu sens que cette phrase hante ton esprit, essaie de faire confiance aux gens qui t’aiment sincèrement et d’accueillir leur amour. Envisage la possibilité que c’est vrai et observe ce que tu ressens. Stefanie Carla Schäfer recommande : « Pour avoir accès à l’amour de soi – pour commencer – il est utile de chercher un entourage affectueux et bienveillant. Quand d’autres personnes se montrent aimables envers nous, il est plus facile de faire de même. Un entourage accueillant et humain fait fondre la glace peu à peu et peut aider à briser les vieux murs du rejet de soi. » Évite donc les gens qui te font te sentir mal et entoure-toi de personnes dont tu sens qu’ils t’apprécient sincèrement. Tu peux aussi te dire plusieurs fois par jour – dans la tête ou encore mieux à haute voix – le slogan des publicités de L’Oréal : Parce que je le vaux bien !

Photo 130

Et parce que vous le valez bien à mon avis aussi, j’ai imaginé un petit tirage au sort pour vous.

Le tirage au sort

Je ferai un tirage au sort pour offrir un de mes livres préférés à quatre personnes parmi tous ceux qui écrivent un commentaire au sujet de l’amour de soi en dessous de cet article d’ici le 23 août 2016 à 15 heures. Selon la langue des gagnants, ce seront des livres différents puisque ces livres n’existent pas dans les quatre langues de Flohbair.

Je réaliserai le tirage au sort de manière pas du tout professionnelle selon la procédure suivante : J’écrirai les noms de toutes les personnes ayant laissé un commentaire concernant le sujet de l’article sur des petites feuilles que je mélangerai dans un bol. Ensuite j’en tirerai quatre (les personnes qui écrivent un commentaire en dessous des versions de cet articles dans les autres trois langues seront dans le même bol puisque nous formons une grande communauté).

Le soir du 23 août 2016, j’annoncerai les gagnants sur ma page Facebook et dans cet article.

Je paierai les livres de ma poche. C’est pour cela que je ne peux pas en offrir plus. Et j’ai bien-sûr une arrière-pensée, car je voudrais donner un peu de vie à mon blog Flohbair. J’ai donc décidé de vous séduire avec des moyens différents afin de vous motiver à faire des commentaires ici et de créer un échange entre nous. ;)

Je suis curieuse de voir si cela fonctionne.

Dimanche, je pars en voyage pour traverser les Alpes pendant deux semaines. A mon retour, je répondrai à vos commentaires, j’annoncerai les gagnants et je partagerai mes nouvelles expériences et révélations en montagne avec vous.

D’ici là, je vous embrasse virtuellement,

Elisa

Voici les gagnants. Félicitations

Gabriela

Monika

Eilaroc

&

D. Boekhouver

:)

6 Kommentare, sei der nächste!

  1. Etre entourré de personnes bienveillantes…
    Parfois, dans une mauvaise passe, ces mêmes personnes peuvent avoir un comportement malveillants malgré elles…
    Comment gères-tu cela ?

    Aujourd’hui j’ai lu au soleil dans un parc minuscule où j’étais absolument seule (à Paris !), j’ai repensé à ton article.
    Je profitais déjà beaucoup de ce moment de solitude en lisant tranquillement entourée d’abeilles qui butinaient quand j’ai ressenti de la fierté de le vivre, merci Flohbair ;-)

    1. Chère Eilaroc,

      Je viens de voir seulement maintenant la question qui fait partie de ton commentaire. Désolée. Je l’avais lu trop vite en rentrant des Alpes pour faire le tirage au sort.

      Pour les personnes malveillantes malgré elles en raison de leur état d’âme, je dirais que mon problème est justement que je peux comprendre les autres et que parfois, nous nous comportons mal avec nos proches à cause de notre propre état d’âme. Ce que je veux apprendre maintenant, c’est de rester connectée avec moi-même et connaître ma limite de compréhension. Si ces personnes me font sentir mal et nuisent à mon bien être – même si ce n’est pas le cas général, je les éviterai pendant un moment. Si cela les réveille et ils réalisent leur comportement et changent ensuite d’attitude à mon égard, je les accueillerai à nouveau dans ma vie … La priorité est à l’écoute de mes besoins. Je crois qu’il ne faut pas être catégorique et décider toujours dans le moment présent. Tu en penses quoi ?

    2. PS : Et je crois qu’il faut aussi avoir le courage de leur dire ce que nous ressentons sans avoir peur de leur faire du mal ou de vivre un conflit. C’est une étape importante que j’ai encore du mal à entamer avec mes amis ou proches. Parfois, j’y arrive, d’autres fois non … Peu à peu …

  2. Merci de partager tes pensées avec nous! ton blog est une très belle initiative! et puisque j’ai envie de gagner un livre voici mon commentaire… ;-)
    Je suis bien d’accord avec le sujet de l’amour pour soi et je pense aussi que plus tu prends du temps pour toi, plus tu es fort et tu peux en donner aux autres. Pour ma part j’ai le souvent entendu mais je suis consciente qu’il est très facile de se laisser prendre par le quotidien et l’oublier. C’est pour cela qu’il est bien de nous le rappeler autant des fois qu’on peut! J’aurais bien envie de partager ton article avec quelques hispaniques, j’espère qu’il sera traduit :-) bonne promenade aux Alpes!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *