Pourquoi tu attends jusqu’à ce que tu aies un cancer ?

C’est une question que je me pose souvent quand j’observe les gens autour de moi. Leur vie quotidienne est hyper chargée, ils se plaignent sans cesse qu’ils ne trouvent jamais le temps de faire ce qui leur ferait plaisir et ils se vantent presque quand ils vont travailler alors qu’ils sont malades. Ils me disent d’un ton compatissant que je réfléchis trop. Ils ont probablement raison. Mais ils oublient une chose : Je ne me contente pas de réfléchir, j’essaie aussi de changer ma vie activement en fonction de mes réflexions. Je ne réfléchis pas pour rien. Cela m’aide à trouver des réponses et des solutions. L’application de ces solutions dans la vie quotidienne est bien-sûr la partie la plus difficile, mais au moins, j’essaie.

Récemment, une amie me racontait qu’elle avait beaucoup trop de travail, car le mari d’une collègue vient d’apprendre qu’il est touché par un cancer généralisé. Alors, il va de soi que cette collègue prend du temps pour elle et son mari et que les autres sont d’accord – ou se sentent moralement obligés – d’assumer son travail jusqu’à … hm … jusqu’à quand, en fait ? D’abord, on se met au boulot, ensuite on verra …

J’ai regardé mon amie et je lui ai demandé ce qu’elle ferait si elle apprenait qu’elle avait un cancer aussi ? Sans hésiter elle disait que dans ce cas, elle laisserait tout tomber tout de suite et profiterait du temps précieux qu’il lui restait pour faire les choses qu’elle adore et pour passer plus de temps avec les personnes qu’elle aime. Je suis toujours frappée de constater que cela paraît tellement logique pour tous et qu’ensuite, ils continuent de vivre comme s’ils allaient vivre éternellement. Qu’attendent ces gens, qui semblent plutôt fonctionner au lieu de vivre ? Qu’enfin ils tombent malades eux aussi afin d’avoir le droit à quelques moments de bonheur desquels ils n’auront plus le temps de profiter ?

Dites-moi ! Je ne vous comprends pas !

Aidez-moi à chercher d’autres manières de vivre sans devoir tout de suite quitter notre société occidentale et aller vivre comme des hippies dans la jungle ! Il ne faut pas toujours de gros changements. Evidemment que nous ne pouvons pas tous nous permettre de faire nos bagages et de partir ailleurs, d’autant plus que cela ne nous rendra pas plus heureux non plus – comme j’ai pu le constater après avoir changé de pays deux fois.

Tout d’abord, chacun doit se demander ce qu’il veut dans la vie. Le seul fait que la plupart des gens ne semblent même pas se poser cette question, me décontenance complètement ! Réveillez-vous donc !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *